Le pasteur Gérald Bataille invite la population à une marche contre la dictature le 28 février prochain

Des fédérations du protestantisme dont la fédération protestante et la fédération des pasteurs, comptent marcher dans les rues de l’aire métropolitaine le dimanche 28 février 2021 en vue de dénoncer la velléité dictatoriale de Jovenel Moïse tout en exigeant l’application de l’article 134.2 de la Constitution. Cette marche va être totalement pacifique, laisse croire pasteur Gérald Bataille, au cours d’une interview ce mercredi 24 février 2021.

Soulignons que cette marche qui est supportée par plusieurs organisations de la société civile dont la fédération des barreaux d’Haïti(FBH), va être réalisée par une frange du secteur protestant.

Le rassemblement est fixé à Carrefour de l’aéroport dit « Kafou rezistans », et au champ-de-mars à 11 heures AM, précise Pasteur Gérald Bataille.  « La marche empruntera la rue Capois, pour passer à l’Avenue John Brown, Avenue Martin Luther King, afin de rencontrer les manifestants à Carrefour aéroport. La marche continuera sur la route de Delmas en passant à Delmas 40 B, Bourdon, Juvénat, avant de terminer sur la place de Canapé-vert, où un message va être délivré », détaille le chrétien.

« Athées, musulmans, vaudouisants, et autres, tout le monde est invité dans la marche, quelle que soit sa croyance, mentionne le prédicateur. Quiconque qui estime que les revendications sont justes et qui encourage la moralité doit venir y prendre part. C’est un mouvement populaire pour un meilleur pays, argue Pasteur Gérald Bataille  ».

À rappeler que, Pasteur Gérald Bataille avait été objet de menaces l’année dernière pour avoir dénoncé le caractère illégal du décret pris par le gouvernement MOÏSE/JOUTHE, portant sur le nouveau code pénal.  « Tout homme est appelé à mourir un jour donc je m’en fout. L’essentiel, j’ai déjà remis mon âme à l’éternel », laisse-t-il entendre.

Dès que quelqu’un saisit tous les pouvoirs de l’État, les conserve entre ses mains pour pouvoir diriger par décret, on est en face d’un dictateur. Nous sommes obligés de fouler le macadam en vue de forcer le pouvoir en place à écouter la raison. Nous avons déjà éradiqué la dictature en la remplaçant par la démocratie, argumente le Pasteur.

« C’est triste d’entendre Mme Lalime dire le 14 février écoulé, que les manifestants étaient au nombre de 3 mille. Nous devons être plus qu’un million de personnes lors de cette marche. Il revient à Madame Lalime de s’inscrire à une école maternelle pour apprendre à compter avant de rapporter le nombre de participants, tance Pasteur Gérald Bataille ». 

C. E/Image7 

Bouton retour en haut de la page