Haïti-Elections : Les Etats-Unis sursoient à leur exigence

Les États-Unis, après avoir passé plusieurs mois à exiger aux gouvernement haïtien d’organiser les élections avant la fin de l’année 2021, viennent de surseoir sur leurs exigences en raison du séisme du 14 Août qui a ravagé le grand sud du pays.

L’administration Biden n’exige plus la tenue d’élections en Haïti cette année, elle évoque l’impact du séisme, l’insécurité et l’assassinat de Jovenel Moïse pour justifier ce revirement politique concernant Haïti.

La suite après cette publicité Haïti-Elections : Les Etats-Unis sursoient à leur exigence - élections, Haïti

Cependant, le Conseil Électoral Provisoire (CEP) bien que contesté a transmis la semaine dernière un calendrier électoral modifié au Premier ministre Ariel Henry et lui a demandé de convoquer le peuple en ses comices pour des élections et d’un référendum sur une nouvelle Constitution élaborée par le comité (CCI) nommé par l’ex-président assassiné, Jovenel Moïse, pour le 7 novembre 2021 prochain.

Toutefois, le séisme qui a ravagé le Sud-Ouest d’Haïti samedi dernier n’a fait qu’accentuer l’inquiétude des États-Unis, sur la réalisation d’élections en Haïti, selon un article du Miami Herald. L’inquiétude suscitée par la situation en matière de sécurité alors que la police haïtienne est dépassée par les activités des gangs et l’enquête sur le meurtre du président Jovenel Moïse le 7 juillet.

« Il est trop tôt pour dire quel est l’impact du séisme sur le processus politique », a déclaré Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche, lors d’un point de presse. « Nous sommes en train d’évaluer cela, » a-t-il précisé. Un haut responsable de l’administration Biden a déclaré mardi que la Maison Blanche soutenait Haïti en organisant de nouvelles élections lorsque cela serait possible, citant le tremblement de terre, l’assassinat de Jovenel Moïse en tant que président et la pandémie de coronavirus en cours.

« Nous soutenons fermement la tenue d’élections dès qu’elles sont viables », a déclaré le responsable. « Même avant le séisme, ils sont au milieu d’une pandémie, et la situation en matière de sécurité était préoccupante, » a-t-il soutenu.

Wallace Elie

Bouton retour en haut de la page