Samuel Madistin : « L’ULCC ne fait que commettre des actes de vol. Elle devrait être fermée et restructurée »

En rapportant et en expliquant le déroulement du procès qui a eu lieu au tribunal des référés le 28 juillet 2021 opposant l’unité de lutte contre la corruption (ULCC) et l’homme d’affaire Réginald Boulos, Me Samuel Madistin a affirmé énergiquement, ce jeudi 29 juillet 2021, que l’ULCC ne fait que commettre des actes de vol. D’après lui, c’est une institution qui devrait être fermée pour restructuration.

Bon nombre de dossiers sont ignorés à l’ULCC, aucun rapport en ce qui les concerne n’est pas rédigé. Cependant la justice canadienne a questionné l’ancien sénateur Rony Célestin au sujet d’une Villa, qu’il a achetée pour un montant s’élevant à hauteur de quatre (4) millions dollars américains. Au cours de l’enquête, l’ULCC a rédigé un rapport en faveur de L’ex-parlementaire, laissant croire qu’il n’est pas impliqué, dans aucun acte de corruption, argue l’avocat.

La suite après cette publicité

L’ULCC, enchaîne l’homme de loi, a soumis un rapport au juge instructeur, Ramoncite Accime, dans le cadre de l’affaire Petrocaribe, facilitant au juge de prendre une ordonnance favorable aux présumés dilapidateurs du fonds Petrocaribe.

« Le tribunal des référés rappelle à l’ULCC qu’elle doit, d’après le décret relatif à sa création, son pouvoir, se référer aux autorités judiciaires en cas de poursuite de suspects. La justice souligne que l’ULCC n’a aucune compétence pour émettre des avis de recherche », rapporte l’avocat de Réginald Boulos.

Dans le cadre de cette affaire, si on fait foi aux explications du professionnel du droit, ladite institution luttant contre la corruption peut être poursuivie par-devant les tribunaux pour faute fonctionnelle et les responsables de l’institution pour faute personnelle car la responsabilité pénale est personnelle.

« Le tribunal des référés, c’est le tribunal de l’urgence. Parfois, il y a des affaires qui sont urgentes qui exigent des interventions rapides afin d’éviter un danger, donc le tribunal des référés est le seul tribunal compétent pour ces types de dossier comme les affaires relatives à la liberté individuelle », explique Me Samuel Madistin.

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page