Actualités

Démenti formel : La Police Nationale d’Haïti affirme le contrôle total de l’hôpital Général

Depuis plusieurs jours, la Police Nationale d’Haïti (PNH) a démontré une détermination inébranlable en assurant la sécurité de l'Hôpital de l'Université de l'Etat d'Haïti. Le Directeur général de la PNH, Normil Rameau, a fermement démenti les rumeurs selon lesquelles les locaux de l'hôpital auraient été repris par des bandits. Joint par téléphone par la Rédaction de la Gazette Haïti, Rameau a insisté sur le fait que ces affirmations sont totalement infondées et ne visent qu’à ternir l’image et les efforts de la PNH pour rétablir l’ordre dans la zone métropolitaine.

Des informations crédibles confirment que les bandits n'ont même pas tenté de reprendre le contrôle de l'espace hospitalier. Depuis le début des opérations sécuritaires, l’hôpital général est sous le contrôle vigilant de la police nationale d’Haïti. Cette présence continue de la PNH a été un rempart essentiel contre les tentatives de perturbation de l’ordre public.

Les responsables de la police affirment que cette campagne de désinformation vise à discréditer les efforts louables de la PNH. Dans un contexte où les défis sécuritaires sont immenses, la police nationale continue de se battre avec courage pour protéger les institutions vitales du pays, telles que l’Hôpital de l’Université de l’Etat d’Haïti.

En dépit des obstacles, la PNH reste résolue à maintenir la sécurité et à garantir que les services de santé ne soient pas interrompus. Ce combat contre les forces du désordre illustre la résilience et l’engagement des forces de l’ordre haïtiennes à servir et à protéger la population, même face à des tentatives de déstabilisation et de propagande malveillante.

L’histoire de cette défense héroïque de l’hôpital universitaire par la PNH est un témoignage poignant de leur dévouement. Les Haïtiens peuvent continuer à compter sur la détermination de leurs forces de l’ordre pour préserver la sécurité et la dignité de leurs institutions.

bakop pou andirans
Bouton retour en haut de la page