Les avocats de Me Windelle Coq Thélot veulent forcer l’annulation du mandat d’amener

Les avocats de la juge retraitée Windelle Coq Thélot, annoncent une action en référé par-devant le doyen du Tribunal de première instance (TPI) de Port-au-Prince, afin d’obtenir l’annulation du mandat d’amener émis à l’encontre de leur cliente par le commissaire Bedford Claude.

Me Marc Antoine Maisonneuve, l’un des défenseurs de Me Coq, crie au scandale quant au mandat d’amener émis à l’encontre de la juge Windelle Coq Thélot, dans le cadre de l’enquête autour de l’assassinat Jovenel Moïse alors que le délai de flagrance est épuisé, a-t-il fait remarquer.

La suite après cette publicité Les avocats de Me Windelle Coq Thélot veulent forcer l'annulation du mandat d'amener - Windelle Coq-Thélot

« La notion de flagrance continue sur laquelle s’appuie Me Bedford Claude pour justifier ses actions n’existe pas dans la législation haïtienne », a indiqué Me Maisonneuve. Plus loin, l’homme de loi argue que le délai de flagrance est épuisé.

«Seul le juge d’instruction à l’autorité d’émettre des mandats d’amener », soutient Me Edwin Coq.

Un autre défenseur de la juge Coq-Thélot, qualifie d’excès de zèle les agissements du commissaire du gouvernement près le TPI de la Capitale et une violation de l’article 24 de la Constitution.

Wallace Elie

Bouton retour en haut de la page