« L’entente entre le PM Ariel Henry et les 10 sénateurs est normale car ils ont le même patron », déclare l’ex-sénateur Jean Baptiste Bien-Aimé

Comme pour les cas du président défunt, Jovenel Moïse et les deux tiers du Sénat de la 50ème législature, la fin du mandat du tiers du Sénat, présidé par Joseph Lambert fait objet de débat. Pour certains, légalement le deuxième lundi du mois de janvier 2023 va marquer la fin du mandat des dix sénateurs restants. Pour d’autres, dont l’ancien sénateur du Nord ‘Est, Jean Baptiste Bien-aimé, à partir de hier, 10 janvier 2022, le pays n’a aucun parlementaire, affirme t-il dans la presse ce mardi 11 janvier 2022.

Des signataires de l’accord du 11 septembre 2021 amorcé par Dr Ariel Henry dont Le secteur démocratique et populaire, exige au PM Henry de déclarer avoir constaté le 10 janvier de l’année en cours, l’arrivée à terme du mandat du tiers du Sénat. Cependant, 24 heures après de ladite date, la Primature encore moins le PM Ariel Henry reste muet. Des informations laissent croire qu’une entente aurait trouvée entre eux.

« Il y aurait toujours, entente entre Ariel Henry et les 10 sénateurs car ils font le même boulot et ils ont le même patron : le Core group et Michel Joseph Martelly »,  explique l’ancien représentant du Nord’Est au parlement.

La politique est absente dans ce qui est train de de se passer, ils ne font que poursuivre le projet bandit Légal, affirme fermement Jean Baptiste Bien-Aimé.

Dans la foulée, l’ancien parlementaire argumente sa position, « Si le mandat du président était arrivé à terme le 7 février 2021, normalement celui des sénateurs prend fin en 2022 au regard de la Constitution ». Je défends, poursuit-il, la constitution, les intérêts supérieurs de la nation mais non pas mes intérêts personnels.

« Je me garde de commenter le duel opposant Joseph Lambert et Ariel Henry. La majorité des sénateurs restants ne sont pas des Élus, ils ont été nommés », crache Jean Baptiste Bien-Aimé.

C. E/Image7

Suivez-nous sur :

Facebook

Et sur

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page