Le parti politique INIFOS répond à l’Ambassade américaine

Dans une note de presse, le parti INIFOS qualifie les récentes déclarations de l’Ambassade des États-Unis d’arrogance et d’outrecuidance. Le parti a lu avec étonnement et indignation la déclaration de l’Ambassade des États-Unis exhortant le gouvernement, les acteurs politiques et la société civile à travailler ensemble pour organiser des élections.

« La délégation du Conseil permanent de l’OEA a à peine fini de boucler ses valises, voilà Tonton Sam qui rentre en scène. Par le biais de son ambassade, il émet une fatwa destinée à orienter les conclusions, les recommandations de la mission et à faire pression sur les différents acteurs nationaux », écrit l ́ INIFOS.

La suite après cette publicité Le parti politique INIFOS répond à l'Ambassade américaine - INIFOS

Alors que l’Ambassade des États-Unis exhorte les protagonistes a s’unissent pour la réalisation des élections cette année, le parti INIFOS demande « Où était l’ambassade des États-Unis lorsque les dirigeants haïtiens avaient choisi de ne pas organiser les élections pour renouveler un tiers (⅓) du Sénat? » «Où était l’Ambassade des États-Unis lorsqu’il fallait organiser, en 2019 les élections pour renouveler deux tiers (⅔) du Sénat, la totalité de la chambre des Députés, les collectivités territoriales?»

Toujours, questionne INIFOS «Où était l’ambassade des États-Unis quand en Octobre 2020, il fallait organiser des élections pour élire un nouveau Président comme le prévoit la constitution? En effet INIFOS reproche à l’Ambassade des États-Unis de n’avoir pipé mot, durant toute ses années, «Elle était occupée à soutenir le coup d’État de Jovenel Moïse contre la constitution du pays. Elle était trop engagée aux côtés de Jovenel Apredye pour l’aider à altérer l’ordre constitutionnel et démocratique ici en Haïti.»

Il rassure cependant que les électeurs haïtiens iront aux élections, Seulement :

Quand Jovenel Moïse aura été évacué du palais national.

Quand un gouvernement d’entente nationale, issu d’un Accord entre la société civile organisée et les partis politiques de l’opposition, aura pris en charge la gouvernance du pays.

Quand les conditions techniques, politiques et sécuritaires permettront la libre expression des électeurs et l’organisation des élections présidentielles, législatives, communales, libres, équitables et crédibles, dans un environnement apaisé, à travers un processus transparent et inclusif.

La note est signée par:
Paul DENIS,
Coordonnateur National
Rosemila PETIT-FRÈRE SAINT-VIL,
Porte-Parole
Patrick SEVREN
Coordonnateur aux Finances

Bouton retour en haut de la page