Quand Jovenel Moïse reçoit la vidéo de l’assassinat de Me Monferrier Dorval 2 minutes après l’acte

Depuis cette semaine le président de la République Jovenel Moïse a entamé une tournée médiatique dans le pays, où il a fait pas mal de révélations en essayant de justifier ses démarches tant inconstitutionnelles, qu’illégales, selon l’opinion publique. Le président Jovenel Moïse n’a pas cessé de nous impressionner à chaque prise de parole, soit par des fautes de calcul, de lapsus, ou de laisser de doute sur des faits saillants, que la population attend des réponses.

Quand Jovenel Moïse reçoit la vidéo de l'assassinat de Me Monferrier Dorval 2 minutes après l'acte -

La suite après cette publicité Quand Jovenel Moïse reçoit la vidéo de l'assassinat de Me Monferrier Dorval 2 minutes après l'acte -

Intervenant à l’émission Le Point de la Télévision Métropole, le président a encore commis un lapsus ou fait un aveu que plus d’un le soupçonnait déjà. Relatant la vitesse de l’information en Haïti soit pour dénigrer ou informer selon des intérêts, Jovenel Moïse confirme que sa femme Martine Moïse était la première à avoir la vidéo sur la mort du Bâtonnier de l’Ordre des Avocats Me Monferrier Dorval, deux minutes après son exécution. Cette déclaration a suscité pas mal de doutes ou de confirmation sur leurs implications dans la mort du Bâtonnier Monferrier Dorval.

« Deux minutes après avoir assassiné Me Dorval, Martine Moïse avait déjà son compte-rendu sur ce crime organisé. Cela veut dire quelle est l’auteur intellectuel et cette vidéo, c’est pour confirmer que la mission est accomplie. » réfléchit un jeune étudiant en droit Jameson St Jean.

Rappelons que, un chauffeur de la Première Dame de la République, Martine Moïse, a été arrêté, la semaine dernière, par des agents de la DCPJ. Mackender Fils-Aimé, ledit chauffeur a été interpellé après la découverte de l’un des téléphones portables du Bâtonnier défunt en possession d’une dame. Questionnée par des enquêteurs de la DCPJ, la dame susmentionnée avait répondu aux agents de la DCPJ qu’elle a acheté le téléphone d’un individu qu’elle peut contacter, a expliqué Me André Michel.

Toutefois, une autre personne a été interpellée par la DCPJ, Denès Villepique, ce Monsieur avec un badge de charger de Mission au palais national, aurait entretenu deux appels téléphoniques qui auraient été interceptés entre Martine Moise et Denès Villepique, l’un des présumés assassins du Dr. Dorval, par la DCPJ, laisse croire que l’épouse de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise, et son interlocuteur avaient, non seulement l’habitude de se parler, mais aussi, et surtout, de travailler ensemble.

Toujours selon la même source, au cours de cette conversation dont la date exacte n’a pas été déterminée, Martine Joseph Moïse a interrogé Villepique sur le « déroulement » d’une affaire, ou d’une opération. Aussi lui a-t-elle posé la question de savoir si « tout s’est bien passé ? ». Nous rapporte Haïti Observateur.

Tout porte à croire, que la Première Dame Martine Moïse, avec sa vidéo 2 minutes après la mort du Bâtonnier Monferrier Dorval, serait l’auteure intellectuelle, ou complice de ce crime crapuleux, sur l’un des rares intellectuels que la république a connus. Cependant, on se demande si le président avait conscience de la grandeur de cette déclaration ? Ou s’il fait des aveux à la république, puisqu’il a par la suite demandé au Directeur Général de la Police Normil Rameau de s’expliquer en public sur la montée de l’insécurité dans le pays. « La charité bien ordonnée, commence par soi-même. »

Wallace Elie
Communicateur Social / Journaliste.

Bouton retour en haut de la page