« Operasyon fèmen peyi », lundi 25 et mardi 26 octobre prochain, annonce un syndicat du transport 

La journée de grève du lundi 18 octobre 2021 a été, selon les constats, une réussite surtout pour la région métropolitaine. Elle a été lancée par APCH et des structures syndicales. Marcelin Jean Philippe, le secrétaire général de la fédération du transport du Grand Nord d’Haïti (FTGNH), le 18 octobre 2021, au cours d’une interview, a annoncé pour le lundi 25 et mardi 26 octobre de l’année en cours, une autre forme de mouvement populaire dénommé « operasyon fèmen peyi », visant à empêcher de manière générale toutes les activités du pays particulièrement les institutions publiques.

D’après les explications du syndicaliste, cette opération rentre dans le cadre des moyens pour la société haïtienne de se révolter contre le phénomène grandissant de l’insécurité, la rareté de carburant, tout en exigeant, aux autorités de l’État d’assumer leur responsabilité. 

« En adoptant un arrêt de travail, nous sommes en faveur de la population, des salariés, des ouvriers et tous les autres secteurs de la vie nationale », a argumenté M. Jean Philippe. 

« Nous ne pouvons plus, a crié  Marcelin Jean Philippe. Il y a indisponibilité d’essence, l’insécurité fait rage, les haïtiens sont en train d’être déportés partout : en République Dominicaine, à Cuba, aux États-Unis, entre autres, a-t-il énuméré ».

Marcelin Jean Philippe enchaîne en soulignant que le carburant est un produit transversal. Sur le plan macro, c’est un produit très important. M. Jean Philippe a mentionné dans la foulée que le prix d’un gallon de gazoline à la pompe est fixé à 200 gourdes. Cependant, dans le même espace, on doit donner 600 gourdes pour le gallon de gazoline. Le pire, a-t-il, ajouté à Jérémie, dans le Nord, il vous faut jusqu’à 1500 gourdes pour acheter un gallon.

En tant qu’avant-gardiste nous avons fait notre travail, il revient à la population d’assumer sa responsabilité.  La population a beaucoup de respect pour Dr Ariel Henry dans le domaine de la médecine mais il est entré dans un endroit non connu. Malheureusement la population pensait qu’il pouvait faire quelque chose. Cadenas en main, lundi et mardi prochain, nous allons investir le macadam, a laissé entendre Marcelin Jean Philippe.

C. E /Image7 

Suivez-nous sur :

Facebook

Et sur

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page