Haïti : fêtes de fin d’année, une autre réalité en 2020

Comme chaque année, les fêtes de fin d’année sont toujours célébrées d’une façon généralement extravagante dans tous les pays du monde, des rassemblements pour assister aux dernières 10 secondes restant de l’année avant de passer à l’année suivante, des voyages pour ceux qui veulent voir le nouvel an dans une autre ville ou pays, des réveillons entre autres, c’est toute une habitude mondiale qui fait la beauté de la NOËL.

Cette année tout a basculé de façon spectaculaire, le Coronavirus semble changer toutes les habitudes, et fait de cette de fin d’année un cauchemar pour les habitants de tous les pays du monde. Des restrictions pour les voyages, des pays reconfinés, des activités annulées pour cette année à cause de la pandémie de Covid-19. En Haïti, une autre situation s’ajoute à la pandémie pour créer la peur dans les cœurs des Haïtiens, celle de l’insécurité, du Kidnapping.

La suite après cette publicité Haïti : fêtes de fin d’année, une autre réalité en 2020 -

En effet, depuis plusieurs mois les autorités haïtiennes ont promis de résoudre le problème de l’insécurité dans le pays et restaurer la confiance chez tous les citoyens pour une bonne fête de fin d’année en Haïti. Jusqu’à aujourd’hui le pays est contrôlé par les hommes armés qui terrorisent la population. Des cas de kidnapping à répétition, d’homicides volontaires, et surtout la cherté de la vie, à cause de l’instabilité de la monnaie nationale et les prix des produits qui ne cessent de grimper malgré les décisions du ministère du Commerce, ce qui crée l’émoi chez la population, en cette fin d’année 2020.

Ajouter à tout cela, la pandémie de Covid-19, qui avec la négligence des autorités sanitaires, prends du terrain des dizaines d’autres cas de contamination ont été enregistrés, et malgré cela les citoyens gardent les mêmes habitudes et ne respectent pas les gestes barrières : le port de masque, la distanciation sociale, le lavage des mains, ne sont pas respectés même au sein de certaines entreprises. En effet, certaines personnes préfèrent rester chez elles par peur d’être enlevées, ou pour ne pas contracter le coronavirus avec la négligence des Haïtiens qui n’ont pas conscience de la pandémie.

Les fêtes de fin d’année risquent d’être gravées dans les cœurs des citoyens du monde, comme la pire. « Cette année à cause de la pandémie je suis obligé de rester chez moi. Je ne peux pas voir mes enfants à l’étranger vu que les cas de contamination augmentent aux États-Unis », explique une vielle femme d’un air triste. « avec l’insécurité en Haïti comment peut-on fêter la Noël… Et avec quoi on peut fêter ? pas d’argent, les produits sont chers, c’est une Noël renvoyée, c’est tout », expliquent des gens.

Wallace Elie
Communicateur Social /Journaliste.

Bouton retour en haut de la page