TPI de Port-au-Prince: l’ANAGH appelle au renforcement de la sécurité du greffe

À travers une note datée du 1er Août 2021, l’association nationale des greffiers haïtiens (ANAGH), souligne aux autorités judiciaires, à l’actuel ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Rockfeller Vincent, en particulier, la nécessité de renforcer la sécurité du greffe du parquet près le tribunal de première instance de Port-au-Prince et le greffe du tribunal sus-cité afin que les commis parquets et les greffiers ne soient pas victimes en cas d’éventuelle soustraction des pièces du dossier.

D’après le président de l’ANAGH, Me Martin Ainé, ce cri d’alarme vise à encourager l’Etat à prendre toutes les dispositions nécessaires afin de freiner les cas de disparition à répétition des corps du délit et pièces à conviction au niveau des parquets et des tribunaux de première instance du pays. En considérant l’ampleur de la complexité et de la quantité de matériels saisis lors de l’enquête policière relative à l’assassinat de l’ex-président de la République d’Haïti, Jovenel Moïse, des mesures sécuritaires doivent être adoptées : chambres sécurisées, coffres-forts destinés à conserver les pièces à conviction, ajoute le greffier.

La suite après cette publicité TPI de Port-au-Prince: l'ANAGH appelle au renforcement de la sécurité du greffe - ANAGH

« Des pièces à conviction et corps du délit ont été Volés dans le cadre du dossier de l’ancien député Arnel Belizaire. Au cours de l’instruction de l’affaire de l’ex-Bâtonnier de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval, des manœuvres ont eu lieu dans le but de chercher à emprisonner le greffier du cabinet d’instruction, Junior Télémaque parce que des pièces à conviction ont été disparues, rappelle Me Martin Ainé  ».

 « Jusqu’à présent le commis parquet Me Wilbert Rhau se trouve toujours en prison. Le pire, l’affaire n’est pas encore transférée par devant le cabinet d’instruction , mentionne le numéro 1 de l’ANAGH.

C. E/Image7 

Bouton retour en haut de la page