Assassinat de Jovenel Moïse : quand Ariel Henry lui-même suspect, pense à libérer des détenus tandis qu’un juge d’instruction travaille sur le dossier 

Le dernier choix de Jovenel Moïse, Ariel Henry fait aujourd’hui face à une pression supplémentaire sur l’enquête officielle sur le meurtre de Jovenel Moïse le 7 Juillet 2021 dernier. Il est accusé d’avoir entravé l’enquête.

Toujours à la recherche d’autres complices dans l’assassinat de l’ex président Jovenel Moïse l’enquête en cours a révélé plus d’une dizaines de personnes suspectes, dont des citoyens américains et colombiens. Cependant d’autres cerveaux et mobiles sont toujours recherchés.

La suite après cette publicité

Joseph Félix Badio, l’un des présumés responsables en cavale, « jouit de la protection de ses complices au sein du pouvoir » selon Pierre Espérance, directeur exécutif du RNDDH. Il a toutefois affirmé que des personnalités importantes dans le pays sont impliquées dans l’assassinat de Jovenel Moïse. »

En effet, selon les révélations de la Compagnie Digicel, le recherché Joseph Félix Badio aurait eu des conversations téléphoniques avec le Premier ministre Ariel Henry dans les heures qui ont suivi le meurtre. Cette affaire a occasionné la révocation du Ministre de la Justice Rockfeller Vincent et celle du Commissaire du gouvernement Me Bed-Ford Claude, qui avait appelé Ariel Henry à témoigner de ses appels téléphoniques avec Badio.

S’adressant à CNN, PM Henry a nié avoir entravé l’enquête, affirmant que les deux révocations est « pour avoir enfreint la loi » « Il est important pour nous que le président Jovenel Moïse ait justice, c’est fondamental pour nous et nous allons donner tous les moyens à la justice pour que justice soit faite », a-t-il déclaré. « Nous ne voulons pas nous ingérer dans ce procès.. Je ne demande même pas à savoir ce qui se passe dans l’affaire. Ce que je dis, c’est que le président doit avoir justice et que cette justice doit être accompagnée de juges indépendants », soutient Ariel Henry.

Toutefois le chef du gouvernement a déclaré à CNN qu’il n’avait « aucun souvenir » de l’appel téléphonique « ou s’il a eu lieu ». « Cela signifie que pour moi, ce n’était pas un appel important, si je ne m’en souviens pas… » « Je n’ai aucun intérêt à être associé à ces personnes et je ne l’ai jamais été et je ne le serai pas » a t-il déclaré.

Cependant, Ariel Henry a également déclaré ses velléités de libérer les détenus reconnus non coupables dans le dossier de l’assassinat crapuleux de Jovenel Moïse.

« Je demanderai au ministère de la Justice de faire un suivi et s’il y a des innocents, ils devraient être libérés. Nous ne voulons pas garder des gens en prison simplement parce qu’ils sont colombiens ou parce qu’ils sont pris pour assassins. et qui ne sont pas des assassins », a déclaré Henry.

Pourquoi le Premier ministre Ariel Henry pense à la libération des présumés assassins de l’ex-président Jovenel Moïse qui sont en détention ? Veut-il compliqué l’instruction du juge Garry Orélien ? À suivre…

Wallace Elie

Bouton retour en haut de la page