Vers une nouvelle Constitution, Jovenel Moïse rencontre des acteurs de l’opposition

Le président Jovenel Moïse révèle, lors d’une adresse à la Nation le vendredi 23 octobre 2020, avoir rencontré des acteurs de l’opposition radicale sans les nommés. Il dit réitérer, après 3 ans 8 mois au pouvoir, sa volonté de changer la gouvernance du pays. Ce, en passant impérativement par un changement de la Constitution qui devra se faire par voie référendaire avant les prochaines élections.

Le président de la République regrette que depuis les trente (30) dernières années la vie en Haïti est dominée par la violence politique, le monopole, la spéculation, un système judiciaire rachitique, l’accaparement de l’Etat, le financement douteux dans des élections, le dysfonctionnement du parlement et la corruption. Le chef de l’État invite tous les acteurs à s’asseoir ensemble pour travailler afin construire une Nation à laisser pour les générations futures.

La suite après cette publicité

Jovenel Moïse en discussion avec l’opposition depuis 3 mois

Le locataire du palais national informe avoir rencontré des secteurs, des personnalités en opposition avec son gouvernement. Une décision prise « personnellement », depuis trois (3) mois révèle-t-il. « J’ai apprécié le fait que des acteurs en opposition totale avec moi, avec lesquels je ne pensais pouvoir jamais m’asseoir, nous nous sommes aujourd’hui rencontrés en mettant de côté tous nos désaccords, et leurs intérêts de classe. » se réjouit Jovenel Moïse qui applaudit ses acteurs.
C’est différentes discussions ont permis de faire de grandes avancées selon les dires du président qui n’a pas précisé avec qui de l’opposition il est en discussion.

Vers un Constitution adaptée

Jovenel Moïse croit qu’il y a de grands problèmes dans l’application de la Constitution actuelle qui représente « une source d’instabilité chronique qui gangrène le pays ». Cette Constitution, ajoute-t-il, ne correspond pas à la réalité du pays, à notre culture, à nos mœurs et à la façon dont on voit les autorités.
Pour s’expliquer, le chef de l’État illustre certaines situations d’instabilité causées par la Constitution :

« Le président de la République est élu au suffrage universel direct, ce qui veut dire, le peuple donne le pouvoir au président directement, lui demande des comptes directement, le peuple attend beaucoup de réalisations du chef de l’État qui a avait fait campagne et s’est engagé avec un programme. Pourtant, le président est obligé d’avoir un Premier ministre qui est le chef du Gouvernement pour exécuter un programme qui parfois ne respecte pas l’engagement du Président. Et, le premier ministre est souvent amené à prendre des ordres des parlementaires » argue Jovenel Moïse pour montrer la nécessité de réviser cette Constitution qui est la base de tout cela et constitue également « un pacte de la corruption ».

Parlant de d’une nouvelle Constitution qui n’exclut personne, Jovenel Moïse s’engage devant la Nation à ne pas se porter candidat aux élections à venir. « Je prends un engagement solennel devant tous les Haïtiens, devant le monde entier, je ne demande pas de changer la Constitution pour que je puisse profiter de tout avantage. Je ne serai pas candidat aux prochaines élections. Je veux, comme tout le monde, que tous les Haïtiens qui aiment le pays mettent Haïti sur la voie du changement. » rassure-t-il.

CL/IMAGE7.

Bouton retour en haut de la page