Transition Post-7 février : Ce que vous devez savoir sur l’accord de l’opposition

Le document de référence pour la transition annoncée par l’opposition politique est dénommé « Accord politique sur la gouvernance de la gestion de rupture ». Ce document de huit pages a été signé par environ 90% des structures politiques concernées, a informé Me André Michel. Toutefois, une copie de cet accord est parvenue, ce samedi 30 janvier 2021 à notre rédaction. Quatre grands points résument le contenu dudit instrument politique.

En premier lieu, après avoir motivé la rédaction du document, le cap est mis sur la création d’une commission nationale pour la mise en place de la Transition « CNT ». Ensuite les rôles des organes du pouvoir de transition sont mentionnés, puis l’annonce d’un organe de contrôle de la Transition(OCT) est faite. En dernier lieu, la réalisation d’une conférence nationale souveraine(Inter haïtien).

Selon les rédacteurs de cet accord, la commission nationale pour la mise en place de la Transition(CNT), sera composée de 15 membres dont 7 de la société civile et 8 des structures politiques de l’opposition. Les membres de la CNT qui n’auront pas le droit de faire partie de la Transition aura pour tâche de choisir le ou la président (e), le Premier ministre et les membres du gouvernement, entre autres.

La CNT devra désigner comme président, un juge de la Cour de cassation et un Premier ministre sur une liste soumise par les structures de l’opposition. « Le cabinet ministériel sera formé d’un maximum de 14 membres », précise le document.

Les membres de l’organe de contrôle de la Transition(OCT), seront choisis par la CNT. « Cet organe aura pour mission de veiller au respect des lois et de l’ éthique dans la gestion de la chose publique…. ». L’OCT sera dissout le jour de l’installation des élus de la 51ème législature, laisse croire les acteurs de l’opposition politique.

En vue de résoudre les grands problèmes du pays, le ou la président(e), aura l’obligation d’organiser une conférence nationale souveraine(Inter haïtien), à travers laquelle tous les secteurs de la vie nationale seront représentés, prévoit les rédacteurs de l’accord.

La transition aura une durée de 2 ans, veut faire croire l’opposition et la feuille de route du gouvernement provisoire est définie par 37 grands points ; restaurer l’autorité de l’État, ramener la paix, réaliser le procès Petrocaribe, rapporter les décrets illégaux pris par Jovenel Moïse, enquêter sur les massacres récents, réaliser des élections, sont quelques des missions du futur gouvernement prévu par les politiciens de l’opposition après le 7 février 2021, marquant légalement la fin du mandat de Jovenel Moïse, d’après eux.

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page