République dominicaine : le système des Nations-Unies réclame la suspension de la déportation des femmes haïtiennes enceintes

Le système des Nations Unies appelle la République dominicaine à mettre fin à la déportation des femmes haïtiennes enceintes. Celle-ci constitue la violation systématique des conventions internationales.

Depuis une semaine, la République dominicaine se lance à la chasse des migrantes haïtiennes enceintes. Certaines femmes sont chassées de l’hôpital en laissant leurs bébé tel est le cas d’une femme qui a subi une césarienne où elle a été déportée et son bébé resté en oxygène. Une déportation qui a été dénoncée par le Groupe d’Appui aux Réfugiés et Rapatriés ( GARR). Les nations unies se montrent consternées par ces actes.

En ce sens, il appelle les autorités dominicaines à respecter les droits de ces migrantes. Plus loin, le système des Nations-Unies dit croire que les autorités dominicaines mettent en péril la vie de ces femmes. Par conséquent, il exhorte la République dominicaine a respecter les conventions internationales signées en matière des droits humains.

Rappelons que depuis le clash entre le Chancelier haïtien Claude Joseph et le Président dominicain Luis Abinader, les relations entre les deux se sont détériorées. Et pour trouver une solution, le gouvernement a envoyé l’ancien ambassadeur Daniel Supplice comme émissaire pour négocier une entente entre les deux pays.

Image 7

Suivez-nous sur :

Facebook

Et sur

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − quatorze =

Bouton retour en haut de la page
EnglishFrançaisKreyol ayisyenEspañol