Peut-on considérer la BSAP dans la lignée du groupe 400 Mawozo ?

Des hommes en uniforme de la Brigade de Sécurité des Aires Protégés lourdement armés, ont désarmé des agent de Sécurité Générale du Palais National (USGPN) sur la route nationale #3, et ont emporté une forte somme d’argent, téléphones ainsi que les armes des agents de l’USGPN. Le groupe armé dénommé « 400 Mawozo » a pour habitude de dépouiller les passants empruntant la route nationale #3, pourtant ces hommes avaient l’uniforme de la Brigade de Sécurité des Aires Protégés (BSAP), ce qui crée des doute sur les réels identités et appartenance de ces hommes armés en uniformes de BSAP.

Accusé d’avoir commis ce forfait, la Brigade de Sécurité des Aires Protégés (BSAP), est rapidement considéré comme faisant partie des hommes armés de « 400 mawozo ». Doutant que ce soit réellement des agents de la BSAP, la population se questionne sur cette situation comme quoi « si ce n’est pas les agents de BSAP, comment ces gens ont pu trouver ces uniformes ? », une question la population espère avoir des réponses de la part du Directeur de la BSAP Jeantel joseph.

Cependant selon les informations les agents de BSAP, revendiquent l’action en arguant de s’emparer de cette somme d’argent afin de se payer eux-mêmes de plusieurs mois de travail non honorés par l’Etat haïtien. Signalons que les agents de l’USGPN se rendaient à Marion, dans le département du Nord-Est d’Haïti, avec une forte somme d’argent pour effectuer un payroll pour les ouvriers qui travaillent sur le chantier du Barrage Marion, un projet dont le président de la République Jovenel Moïse prend à cœur.

Toutefois, les autorités ne sont pas encore prononcées sur ce forfait de la Brigade de Sécurité des Aires Protégés (BSAP), qui selon des citoyens mérite d’être sanctionné sévèrement.

Wallace Elie
Communicateur Social /Journaliste.

Bouton retour en haut de la page