POUR VOS PUBLICITÉS : +1 (857) 353-0417
+509 3645 - 7054
Politique

Non-respect du quota de 30% de femmes dans le gouvernement d’Ariel Henry

Voté dans la Constitution haïtienne de 2011, le quota de genre de 30 % n’a jamais été mis en œuvre au niveau national. Alors qu’à travers le monde, davantage de femmes s’engagent depuis plusieurs années, dans la vie politique.

Cependant, en Haïti, les quotas sont vus, par des mouvements féministes, comme un mécanisme efficace, permettant aux femmes, de manière progressive, d’accéder à l’égalité avec les hommes.

Aujourd’hui, Haïti est au dernier rang au monde pour la représentation des femmes dans les espaces décisionnels. Alors que le quota est un outil visant à favoriser la participation progressive des femmes à la vie politique, le quota de genre permet de corriger les inégalités, sur une base volontaire ou par une législation spécifique. Son but ultime est d’atteindre la parité hommes et femmes, dans l’intérêt de la société.

Pourtant, la femme a « le droit à l’égalité d’accès aux fonctions publiques de son pays et de participer aux affaires publiques, y compris la prise de décisions »

En effet, l’article 13 de la Déclaration et Programme d’action de Beijing de 1995 sur les droits des femmes, stipule que le Quota est pour « le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation, sur un pied d’égalité, à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux prises de décisions, et leur accès au pouvoir, sont des conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix »

Notamment, dans le remaniement ministériel du Premier ministre Ariel Henry, le quota de 30% n’est encore pas respecté, les femmes sont de plus en plus écartées dans les postes décisionnels, alors qu’elles sont plus souvent aptes à donner de meilleurs résultats.

Il faut aussi préciser que la participation politique des femmes est un droit fondamental et une clé du développement. L’établissement des quotas aident souvent à atteindre cet objectif. On espère alors que le quota de genre soit applicable dans les gouvernements haïtiens, comme le veut la Constitution de 2011.

Wallace Elie

Suivez-nous sur

Facebook

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page