Mandat de Jovenel Moïse : Lyonel Trouillot et d’autres écrivains ont écrit à l’OIF

Plusieurs écrivains francophones dont des Haïtiens comme Lyonel Trouillot, Yanick Lahens, ont écrit cette dernière semaine du mois de février au secrétaire général de l’organisation internationale de la francophonie(OIF), Louise Mushikiwabo, pour lui dire de ne pas supporter le gouvernement MOÏSE /JOUTHE car le mandat de Jovenel Moïse a pris fin depuis le 7 février 2021. De plus, ce pouvoir est caractérisé par la violation de la loi, indiquent ces écrivains.

L’actuel gouvernement haïtien est décrié par la Fédération des Barreaux d’Haïti, le pouvoir judiciaire, le secteur des droits humains, l’opposition politique organisée, plusieurs organisations de la société civile et des personnalités publiques. N’accordez aucun appui à ce pouvoir, peut-on lire dans cette lettre portant la signature de plus d’une dizaine d’écrivains dont René Depestre, Jean Pierre Siméon, Patrick Chamoiseau.

Dans la foulée, ces auteurs ont souligné que L’OIF a pour devoir de supporter tout pays partageant en commun la langue française mais ce n’est pas à un pouvoir lié à des groupes armés illégaux. Haïti fonctionne en absence d’un parlement fonctionnel, faute d’élections. Lors des manifestations, les forces de l’ordre ont l’habitude de tirer des balles réelles à l’endroit des manifestants, continuent-ils.

C’est de la naïveté, le fait de croire que Jovenel Moïse pourrait organiser des élections honnêtes », tancent les ecrivains.

« Nous exhortons L’OIF à soutenir un processus électoral démocratique afin d’arriver au procès des auteurs de différents massacres perpétrés dans le pays, soutiennent ces hommes de lettres. Madame Louise Mushikiwabo doit le faire pour sa crédibilité personnelle mais aussi pour la crédibilité de l’organisation qu’elle dirige, poursuivent-ils ». 

C. E/Image7 

Bouton retour en haut de la page