Mandat d’amener contre le président du PHTK, Liné Balthazar : Le recherché accuse l’ex PM Laurent Lamothe…

Dans le cadre de l’enquête relative à l’assassinat du président Jovenel Moïse, le commissaire du gouvernement de Port-Au-Prince, Me Bed-Ford Claude, a émis le 3 Août 2021, un mandat d’amener contre le président du parti haïtien tèt kale, Liné Balthazar. Pour le dirigeant politique qui intervient ce Jeudi 5 Août dans la presse, ce sont des personnes comme l’ex-Premier ministre Laurent Lamothe et des responsables de l’organisation politique bouvier, voulant continuer les projets de Jovenel Moïse dont la modification de la constitution, qui sont en train d’attaquer tous ceux qui opposent auxdits projets, laisse croire le numéro 1 du PHTK

« D’abord, le juge de paix de Pétion-Ville a auditionné au cours d’un constat, Joseph Vincent. Celui-ci dans ses déclarations a mentionné le nom de Jean Robert Balthazar dit Bob Balthazar maintenant pourquoi on a constitué Liné Balthazar à place de Jean Robert Balthazar dit Bob Balthazar »,  s’interroge, le président du PHTK. Est-ce que c’est une erreur volontaire ou veulent-ils manipuler l’enquête, continue-t-il de questionner.

La suite après cette publicité

« Une question est fondamentale : Qui a modifié le nom ? Pourquoi cette volonté politique de dévier l’enquête ? Le discours soutenu depuis un certain temps par Liné Balthazar dérange qui ?, analyse le politicien sous forme d’interrogation. Du vivant du président Jovenel Moïse, Liné Balthazar, au nom du PHTK était contre la manière de procéder pour changer la constitution, au nom du PHTK, il n’était pas d’accord avec le projet du référendum anticonstitutionnel, il avait contesté, au nom du PHTK, le CEP chargé de réaliser les élections, argumente-t-il ». 

« Avant la mort du président Jovenel Moïse, nous avons discuté avec lui pendant trois (3) heures de temps. Nous avons dit clairement que la nouvelle constitution est un projet qui vise à instaurer la dictature car elle consacre tous les pouvoirs au président de la République, qui devient chef de l’exécutif, chef du législatif, chef de la défense, chef de l’armée tout en considérant les parlementaires comme des agents de l’Exécutif », raconte Liné Balthazar. À travers le projet de la nouvelle constitution, ils prouvent quel type de pouvoir ils veulent, ajoute M. Balthazar.

D’après le responsable du PHTK, il y a une tentative d’utiliser les émotions liées à l’assassinat du président à des fins politiques. Nous ne croyons pas que le commissaire du gouvernement a commis une erreur, c’est tout simplement une décision politique. Nous allons chercher le secteur concerné ou l’auteur intellectuel, indique-t-il.

Liné Balthazar affirme que l’ancien Premier ministre, Laurent Lamothe qui avait soumis sa candidature aux élections présidentielles en 2015, qui a été rejettée par le CEP par manque de décharge est un supporteur du projet de la nouvelle constitution ainsi que les amis du parti politique Bouclier qui étaient des compétiteurs de Jovenel Moïse aux dernières élections.

Quiconque voulant opposer à PHTK doit le faire ouvertement avec viseur levé non pas en Catimini, déclare le numéro 1 du PHTK. Nous sommes les premiers perdants politiquement car Jovenel Moïse était un élu du PHTK, c’est pourquoi PHTK va se constituer partie civile lors du procès, annonce Liné Balthazar.

C. E/Image7 

Bouton retour en haut de la page