Magdala Louis torturée : ce que l’on sait de son enlèvement avec Dickens Princivil

Le maestro Dickens Princivil et la marchande de saucisse, Magdala Louis venaient de participer à une cérémonie de graduation à l’hôtel Caribe le dimanche 6 décembre 2020 avant que les kidnappeurs leur capturent à Lalue. Les victimes ont retrouvé leur liberté après avoir versé une rançon de 300 mille dollars américains, raconte au micro de la presse, ce mardi 8 décembre 2020 la jeune fille âgée de 33 ans.

« La cérémonie de graduation était terminée à 9 heures du soir. J’attendais une motocyclette pour rentrer chez moi et le musicien m’a proposé de me conduire à ma résidence, explique Magdala Louis avec désolation. Certaines personnes qui étaient dans la voiture nous ont laissés à Canapé-Vert et M. Princivil m’a dit qu’il allait ensuite déposer des instruments de musique à l’école de Michel Chataigne, poursuit-elle.

La suite après cette publicité

Magdala Louis enchaîne en précisant que les ravisseurs l’ont enlevée ainsi que le maestro à Lalue. « Ils ont ouvert la porte de notre voiture et nous ont ordonné d’entrer dans la leur. Ils m’ont brutalisée et m’ont empêchée de voir, témoigne-t-elle avec des larmes aux yeux. Après un long parcours, ils nous ont emmenés par-devant le chef de gang, qui j’ai vu correctement.

Selon la victime, des soldats de la bande armée ont brûlé ses cheveux et ses pieds. Sous l’ordre du chef de gang, elle a appelé une amie et lui dit : « Sista di sè m lan pou mwen yo kidnappe m », avant d’être brutalisée par les criminels.

Lors des négociations, le chef du groupe a exigé une rançon à hauteur de 800 mille dollars américain. Ma famille avoue qu’elle n’arrivera jamais à rassembler cette somme. Ces soldats m’ont demandée si j’ai des enfants. Je leur ai répondu que j’ai un garçon, détaille la jeune fille ayant terminé ses études classiques depuis 2013 sans pouvoir entamer une étude universitaire ou professionnelle.

Nous allons vous tuer, envoyez un dernier message à votre enfant, indiquent les ravisseurs à Magdala Louis. « Pitit gason m bon vwayaj mwen pral mouri kite w. Konnen mwen pa mouri nan vye zak, se yon kote mwen te ale » , a laissé entendre la trentenaire.

La rançon de 300 mille dollars américains a été apportée au Carrefour de l’Aéroport, confie Magdala Louis, tout en soulignant que les kidnappeurs leur ont déposé à Martissant.

« Je ne savais pas où j’étais séquestrée. J’avais contrôlé que 5 des bandits conduisaient leur voiture et deux autres conduisaient celle de Monsieur Princivil, tance-t-il.

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page