L’Office de la Protection du Citoyen (OPC), réclame la démission du PM Ariel Henry

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) dans dit dans une note être révolté et sidéré après les informations confirmées par la DIGICEL, arguant que le Dr Ariel Henry et l’un des principaux assassin de l’ex-président Jovenel Moïse, Joseph Felix Badio, ont eu un entretien téléphonique de trois (3) minutes après et pendant l’assassinat de Jovenel Moïse.

De ce fait, l’OPC croit que la perspective de la poursuite de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien chef d’Etat Jovenel Moïse, le premier ministre Ariel Henry doit incessamment démissionner et se mettre à la disposition de la Justice.

La suite après cette publicité

Pour cela, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) demande aux pays amis, l’Organisation des États Américains (OEA), le Core Group, la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations-Unies en Haïti (ONU), « d’éviter d’appuyer ou de supporter le Premier ministre Ariel Henry, qui désormais, devient l’un des suspects dans l’assassinat du président Jovenel Moïse. » conclut la note de l’OPC.

Wallace Elie

Bouton retour en haut de la page