Les membres du dernier gouvernement du président Jovenel Moïse ont réclamé justice pour l’assassiné

Les ministres du dernier gouvernement du président Jovenel Moïse, réunies autour d’une structure dénommé « groupement des anciens proches collaborateurs du président Jovenel Moïse », après avoir condamné l’assassinat, ont blamé les criminels et exigé justice pour l’assassiné, à travers une déclaration dâtée 12 septembre 2021. 

D’après les signataires de ladite déclaration, parmi eux, le ministre des travaux publics, Joiséus Nader, le ministre de l’intérieur, Louis Gonzague E. Day, le ministre du commerce et de l’industrie, Jonas Coffy, le ministre de la culture et de la communication, Pradel Henriquez, Jovenel Moïse a été assassiné par ceux qui l’empêchaient, par tous les moyens, d’honorer ses engagements, de respecter les promesses électorales faites à ses électeurs. Ces promesses et engagements, ont-ils continué, ont été exprimés en termes de routes construites, électricité fournie, canaux d’irrigation creusés, eau potable disponible, prêts octoyés(PAPEJ, ONA Fanm…).

La suite après cette publicité

Résiliation des contrats léonins (courant électrique, routes, fourniture d’essence…).

Récupération des fonds publics et des équipements volés. réalisation des réformes institutionnelles. Proposition d’un changement constitutionnel. Projeter l’organisation d’élections générales libres pour l’année 2021, sont selon le groupement, les principales initiatives de Jovenel Moïse qui ont causé son assassinat par des ennemis irréductibles, des corrupteurs et corrompus, des politiciens véreux et hypocrites, des dilapidateurs des finances publiques, des accapareurs de biens de l’État, des Jouisseurs animés par leur soif irrésistible du pouvoir politique.

Résoudre le problème criant de l’insécurité, accompagner le CEP pour la réalisation des élections générales et l’organisation du référendum, sont les trois principales tâches qui ont été données par le président Jovenel Moïse au Premier ministre choisi, qui n’a été malheureusement confirmé, qui est issu d’une opposition plurielle, multiforme, argue les fonctionnaires de l’état en faisant référence au Dr Ariel Henry. 

« Nous, anciens ministres et anciens proches collaborateurs du président de la République, Jovenel Moïse, signataires, exigeons que tous ceux, quels que puissent être leurs titres et qualités, qui a un niveau ou un titre ont comploté, planifié, financé ou participé à cet odieux assassinat soient, avec célérité, appréhendés, traduits en justice et sévèrement condamnés pour leur acte abominable », a déclaré le groupement des anciens proches collaborateurs du président Jovenel Moïse.

C. E/Image7 

Bouton retour en haut de la page