« Léon Charles a donné l’ordre de m’assassiner », accuse un délégué du SPNH-17

L’un des délégués du syndicat de la police nationale d’Haïti (SPNH-17), Geffrard Guerby a laissé croire le mercredi 3 mars 2021, au cours d’une intervention médiatique que le directeur de la police nationale d’Haïti, Léon Charles aurait passer des instructions à l’un des commissaires de la CNDDR, Jean Rebel Dorcénat de m’assassiner. C’est l’un de leur groupe qui me l’a fait savoir, a-t-il précisé d’un ton ferme.

Je suis en train de recevoir beaucoup de menaces venant de Léon Charles, a laissé entendre le policier. Il a donné mon adresse à Jean Rebel Dorcénat, qui depuis un certain temps se promène dans le quartier dans lequel j’habite, a-t-il expliqué. Ils ont saisi, a-t-il poursuivi, mon chèque ainsi que ma carte de débit consacrée à mon alimentation.

« Nous avions effectué une rencontre avec le DG Léon Charles au local du syndicat à Bois Verna. Après la réunion, il estimait que je suis un rebelle, je veux lutter à tout prix pour l’amélioration des conditions de travail des policiers », a raconté Geffrard Guerby.

Parallèlement, le syndicaliste a informé que des démarches sont en cours avec l’avocat du SPNH-17, Me Jean Fritz Magny pour trouver la libération des deux policiers chargés de sécuriser Me Yvickel Dabrezil, à savoir Steeven Hérard et Fleurant Jean Nacius, incarcérés depuis le 7 février 2021 ainsi que 15 autres personnes à la prison civile de la Croix-des-Bouquets.

L’un des magistrats, selon Geffrard Guerby, a indiqué que le ministre de la Justice et de la sécurité publique, Me Rockefeller Vincent n’a pas donné l’ordre pour libérer les policiers, c’est ce qui explique toujours leur incarcération.

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page