Haïti: l’envoyé spécial des États-Unis, Daniel Foote, n’est pas en faveur d’un Exécutif bicéphale

Après avoir rencontré plusieurs acteurs politiques du pays, afin de trouver une solution à la crise politique qui ronge le pays depuis des années, l’envoyé spécial des États-Unis, Daniel Lewis Foote, a finalement prononcé une option qui ne prend pas en compte les recommandations de plusieurs partis politiques qu’il a rencontrés récemment.

Selon les recommandations de plusieurs partis politiques, un Exécutif bicéphale était nécessaire même indispensable pour une sortie de crise. Des représentants politiques ont même dénoncé le gouvernement d’Ariel Henry qui a été formé et installé sans l’approbation d’un président de la République. Toutefois, selon Rosemond Pradel, secrétaire général de la Fusion, membre de la DIRPOD, Daniel Foote, a dit qu’au lieu de deux dirigeants inconstitutionnels, « vaut mieux en avoir un seul à la tête du pays » rapporte t-il au Nouvelliste.

La suite après cette publicité Haïti: l’envoyé spécial des États-Unis, Daniel Foote, n'est pas en faveur d'un Exécutif bicéphale - Daniel Foote

Il faut rappeler que, le sénat de la République a nommé le président du sénat Joseph Lambert comme président provisoire après l’assassinat de l’ex-président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet 2021 dernier, une nomination qui semble être sans consensus au sein de l’opposition, alors que Joseph Lambert croit être sur une bonne piste pour occuper le Palais national provisoirement. Maintenant attendons les réactions des partis politiques qui croient qu’un Exécutif bicéphale est primordial pour une sortie de crise.

Wallace Elie

Bouton retour en haut de la page