Le torchon brûle entre le CSPJ et le Ministère de la Justice

Le CSPJ a écarté 19 juges déclarés non-certifiés, le MJSP affirme son mécontentement, le CSPJ annonce la poursuite du processus quoiqu'il arrive

Conflit entre deux institutions publiques, le MJSP et le CSPJ depuis après la publication d’une liste de 19 juges non certifiés par le CSPJ, hormis plusieurs autres cas de désaccords qui ont été rapportés.
En effet, selon le ministre de la Justice Me Rockfeller, le CSPJ n’a pas respecté la procédure légale relative à la certification. Le ministère de la justice n’a pas été consulté dans la prise de décision, regrette-t-il.

Le CSPJ (Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire) dit via son porte-parole Me Samuel Baucicaut, n’avoir pas révoqué de juge tout en soulignant qu’il n’a pas le droit de le faire.

La suite après cette publicité Le torchon brûle entre le CSPJ et le Ministère de la Justice - Cspj, MJSP

Intervenant sur Radio Métropole ce vendredi 13 novembre, Maître Baucicaut déclare que la loi confère au CSPJ, le droit et le devoir, de concert avec le Ministère de la Justice, d’organiser la certification des magistrats assis et debout. Me Baucicaut rappelle également que « la commission technique de certification chargée de cette mission est constituée de trois représentants du CSPJ et de trois autres du ministère. Elle est à l’œuvre depuis 2018 ».

Le représentant du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire se dit alors étonné que le ministère de la Justice exprime son désaccord du verdict négatif donné par la commission concernant 19 magistrats, alors que ses représentants ont eu à opiner et qu’il lui revient désormais d’engager les suites nécessaires :

Selon maître Samuel Baucicaut il est impératif que la justice soit en harmonie, sans que chacun n’empiète sur les attributions de l’autre. De ce fait, il invite les autres parties à jouer leur rôle dans cette affaire car « le CSPJ a déjà joué sa partition ».

Le porte-parole du CSPJ précise que le processus de certification est incontournable ; il est une obligation légale et qu’ « il va se poursuivre contre vents et marées », annonce Maître Baucicaut d’un ton ferme.

CL/IMAGE7

Bouton retour en haut de la page