Le rappeur Bricks dénonce une persécution politique du pouvoir en place

Le membre du groupe Barikad Crew, Semervil Edner Junior dit Bricks indique ce jeudi 25 mars 2021, au cours d’une intervention médiatique qu’un véhicule de marque Nissan sillonnait son quartier et les personnes qui étaient à son bord demandaient aux riverains la localisation de son domicile. C’est de la persécution politique, cette action n’a aucun autre nom car nous sommes en pleine dictature, fustige le rappeur d’un ton calme.

« Depuis hier, ma vie est totalement menacée. Évidemment, j’étais à Bas-peu-de-chose pendant que les individus me cherchaient. J’ai dû me mettre à couvert. Ensuite, j’ai fermé mon portable, en utilisant d’autres. Actuellement, je ne suis pas chez moi. Depuis hier soir des membres de ma famille et amis (es) pleurent », explique l’ancien chanteur de Magic click.

Selon les dires de Bricks, cette persécution politique est survenue en raison de ses engagements citoyens, « je me mets toujours au côté du peuple, j’ai l’habitude de participer à des mouvements de rue pour dénoncer l’insécurité, le kidnapping car la population subit trop. Depuis un certain temps, la population exige le procès PetroCaribe, une affaire dans laquelle un ancien président de la République est impliqué », argue-t-il.

Au sujet de l’arrestation de Léonard Tout puissant dit Izolan, mercredi 24 mars 2021 à l’aéroport Toussaint Louverture par la Brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants(BLTS), Bricks estime que la police nationale est en train de plaisanter au lieu de travailler. À cause d’une audition, Izolan a raté un vol. Je ne peux pas parler d’arrestation car il y a beaucoup de personnes qui devraient être auditionnées par la police qui n’ont fait objet d’aucune arrestation pourtant la police nationale a choisi d’auditionner Izolan, laisse-t-il entendre.

Plus loin, Bricks invite la population à participer dans la manifestation prévue dimanche 29 mars 2021 en vue d’exiger le respect de la Constitution.

« Je reste à couvert pour surveiller le véhicule qui est en train de me chercher mais dimanche prochain dès 9h00 AM, je serai sur la place de la Constitution. J’ai été et je serai toujours dans les rues », annonce-t-il.

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page