Le gouvernement organisera-t-il un carnaval pour le bonheur de la Covid-19 ?

Dans un pays où les infrastructures sanitaires sont défaillantes, le pouvoir de Jovenel Moïse met le cap sur le carnaval national prévu pour les 14,15 et 16 février prochain bien que les nombres des infectés au Covid-19 s’allongent vertigineusement.

Au mois de décembre, le ministère de la Culture et de la Communication a publié une note pour informer à la population que le Gouvernement a décrété l’alerte rouge sur Haïti face à la montée de la pandémie dans le pays et a rappelé à la population de rester vigilante pour éviter une hécatombe. Ce même Gouvernement, sans gêne, a annoncé la tenue du Carnaval national à Port de Paix pour le mois de février dans un moment où la pandémie bat à plein dans le pays et désapprouve les autorités sanitaires du pays qui n’ont rien planifié pour endiguer la propagation de la maladie, c’est dans ce contexte fragile que le Gouvernement invite la population à la boucherie du Coronavirus.

À seulement deux cas confirmés, le 19 mars 2020, le gouvernement avait annoncé le confinement total du pays. Aujourd’hui, à plus 10.000 cas et des centaines de morts, les carnavaliers sont invités à danser leurs misères sur le haut risque d’attraper le Coronavirus au Port de Paix.

Par ailleurs, le Ministre des Travaux Publics a fait savoir que si les Haïtiens ne respectaient pas les consignes, le gouvernement aura à enterrer des milliers de morts par jour. Fort heureusement, la providence nous avait épargné. L’Organisation de ce carnaval, sera-t-il un moyen pour exterminer une partie de la population haïtienne ?

Image 7

Bouton retour en haut de la page