Jovenel Moïse : « Mwen kroke nan gòj nou »

Quoique décrier par la majorité de la population haïtienne, le président Jovenel Moïse se fait passer en même pour le martyr et le sauveur des oubliés de la République. Tout en reprochant l’opposition de n’avoir rien fait depuis plus de 30 années pour le peuple haïtien.

Très déterminé à laisser le pouvoir en Février 2022, Jovenel Moïse d’un ton sérieux confirme que « l’opposition ne peut l’assassiner, l’emprisonner, « Mwen kroke nan gòj nou » a-t-il lancé à Fort-Liberté. Jovenel Moïse a fragilisé une fois de plus la tension qu’il y a actuellement dans le pays. Une population assoiffée de sécurité, de meilleures condition de vie, à un moment où le président ne peut rien satisfaire, sinon que de vague promesse d’électricité 24/24, toujours en mal d’exécution.

La suite après cette publicité Jovenel Moïse : « Mwen kroke nan gòj nou » - Jovenel Moïse

Toujours accroché à sa réalisation d’électricité 24/24, comme si le problème du pays se résume à ça seulement, Jovenel Moïse pose la question à l’opposition qu’il dit n’a rien contre eux, « pourquoi vous avez peur du reste de mon mandat ? » tout en comptant de rester jusqu’à l’échange de son mandat le 7 Février 2022.

A deux jours de la fin du mandat constitutionnel de Jovenel Moïse selon l’opposition démocratique, ce 7 Février 2021, le président Jovenel Moïse maintient sa décision de laisser le pouvoir au delà de cette date. Cependant, plusieurs organisations de la vie nationale de leurs côté annoncent le pire si Jovenel Moïse ne compte pas respecter la Constitution amendée de 1987.

En effet, après le 7 Février 2021, un chaos est évident dans le pays, alors qu’aucun effort n’est envisagé de l’opposition ou du pouvoir en place pour éviter ce fléau qui aura des conséquences sur la population dont ils prétendent de défendre.

Wallace Elie
Communicateur Social /Journaliste

Bouton retour en haut de la page