Joseph Jouthe qualifie les membres du Fantom 509 de terroristes

Les membres du groupe armé «Fantome 509», qui revendiquent être des policiers ont foulé le macadam de l’aire métropolitaine, le vendredi 20 novembre 2020 pour revendiquer une augmentation de salaire et de meilleures conditions de vie. À la suite de leur protestation, le bilan fait mention de 9 véhicules incendiés environ et d’autres biens détruits. Pour le Premier ministre, Joseph Jouthe, ce sont des individus qui se font appeler policiers mais qui sont que des terroristes, a-t-il laissé entendre au cours de l’installation du nouvel inspecteur général de la police national (IGPNH), Frantz Jean-François, le week-end dernier.

« Nous sommes conscients que nous devons faire beaucoup plus pour les policiers, mais le gouvernement n’a pas encore les moyens pour répondre aux besoins des policiers », a argué le chef de la Primature.

Joseph Jouthe poursuit en mentionnant que les policiers ne sont pas les seuls employés de l’État faisant face à ces situations. « Les médecins aussi reçoivent aussi un salaire minable. Les professeurs, également, ne sont pas bien rémunérés, sans compter d’autres catégories de professeurs qui revendiquent de meilleures conditions de vie ainsi que des avantages », a-t-il argumenté

« Je ne crois pas que ces actes sont l’œuvre de policiers. Quelle que soit la méthode, utilisée pour me l’expliquer, je ne comprendrai jamais », tance le chef du conseil supérieur de la police national (CSPN).

Par ailleurs, l’ancien Porte-parole du syndicat national de la police national d’Haïti(SPNH-17), Abelson Grosnègre, qui est toujours membre de cette structure, indique que les revendications du groupe Fantôme 509 sont justes et fondées.

En réaction aux propos du chef du gouvernement traitant les membres du Fantôme 509 de terroristes, Abelson Grosnègre a laissé entendre, « Moun yo ap trete teworis yo, yo nan do premye minis lan, yo nan do prezidan, yo nan do tout minis yo ».

Evens CARRIÈRE, Journaliste

Bouton retour en haut de la page