Haïti : Des policiers annoncent une marche pour 17 janvier prochain

Pour exiger la satisfaction des revendications des policiers, dont l’augmentation des salaires et des frais des cartes de débit. Le syndicat de la police nationale d’Haïti (SPNH-17), annonce une marche pour le 17 janvier 2021, dans la capitale. Le DG Léon Charles doit respecter ses promesses, soutient le porte-parole du SPNH-17, Abelson Grosnègre, ce jeudi 7 janvier 2021, au cours d’une intervention médiatique.

Pour Abelson Grosnègre, c’est un ensemble de menteurs qui dirigent le pays.« Le président donne des mensonges, le Premier ministre, ment ainsi que le directeur général de la PNH », tance-t-il.

« Au cours d’une réunion en décembre dernier, DG Léon Charles avait promis de faire des démarches pour que les cartes de débit soient augmentées à 20.000 gourdes au minimum, dès le 4 janvier 2021, pourtant la date est écoulée, souligne l’ancien policier, qui est toujours porte-parole du SPNH-17. Lors de cette réunion, poursuit-il, le commandant en chef de la PNH prônait l’harmonisation au sein de l’institution policière, cependant à l’inauguration d’un hôpital pour les policiers, le SPNH-17 est absent ».

La politique pour éradiquer le phénomène du kidnapping doit venir du plus haut niveau de l’État, explique le coordonnateur général du SPNH-17, Jean Elder Lundi. Nous sommes disponibles pour le faire, mais il n’y a pas de volonté politique, argumente l’inspecteur de police.

Mentionnant les critiques de certains citoyens à l’endroit du groupe armé

« Fantom 509 », leur reprochant de leur mouvement de revendication de rues marqués toujours par des incendies, destruction de biens publics et autres, Jean Elder Lundi argumente, « Nous n’encourageons pas le désordre. Malgré qu’il y a une différence entre le SPNH-17 et Fantom 509, mais je peux vous dire que certaines fois il y a beaucoup d’actes d’infiltration au milieu du groupe Fantom 509. De plus, parfois, on parle de Fantom 509, pourtant ce groupe n’est pas sorti dans les rues ».

Pour nous diviser, ils donnent de l’argent et distribuent des armes, fustige Abelson Grosnègre, sans citer de nom. « Mwen swete Papa bawon ba nou Fantom 509 kôm bra dwat pou 17 janvye pwochen », laisse entendre le responsable du SPNH-17.

Le rendez-vous est fixé à Carrefour de l’aéroport dit « Kafou rezistans » pour le rassemblement de la marche qui prendra fin devant les locaux de la direction générale de la police nationale d’Haïti (DGPNH), où toutes les doléances des policiers vont être apportées, détaille Abelson Grosnègre.

E. C/Image7

Bouton retour en haut de la page