POUR VOS PUBLICITÉS : +1 (978) 918-0085
+509 3645 - 7054
Actualités

Des membres d’un gang organiseraient des rencontres près du RNDDH, Pierre Espérance menacé

Le réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a fait savoir depuis à peu près un mois, que son directeur exécutif, Pierre Espérance, fait objet de menaces de mort de la part des individus non identifiés. D’après Marie Rosy Auguste Ducena, intervenant jeudi 31 Mars 2022, dans la presse, les menaces à l’encontre de M. Pierre Espérance se multiplient suite à l’acquisition d’une maison à proximité du RNDDH par l’ancien ministre intérieur Fednel Monchery.

« Des rencontres ont eu lieu à l’intérieur de ladite maison avec des membres du gang KRACHE DIFE. Depuis lors, les menaces augmentent », a expliqué Madame Ducena.

Le 16 Mars 2022 de 2h à 5h une rencontre a eu lieu au dedans d’un studio de beauté à Kenscoff dans le but de planifier un plan pour assassiner Pierre Espérance, a laissé croire la responsable du RNDDH. Lors de cette rencontre, huit (8) agents BSAP étaient présents. Après cette réunion, les participants sont partis à bord de trois véhicules immatriculés : SE 01584- BB 38694- JJ 05610, a-t-elle ajouté.

Marie Rosie Auguste Ducena enchaîne en racontant que ces trois véhicules : 2 Nissan EXTERRA et un Land Cruiser, après la réunion, étaient allés à Delmas 6 pour rencontrer le chef de gang Jimmy Cherizier dit Barbecue. Les planificateurs de l’assassinat de Pierre Espérance ont donné à Barbecue des munitions, casques de protection, armes, argents, entre autres.

Le RNDDH exprime dans la lignée, sa préoccupation à propos de la situation d’insécurité généralisée dans le pays. Le kidnapping a connu une montée spectaculaire, le droit à la vie est violé. Des alertes ont mentionné en moyenne 5 à 10 cas d’enlèvement par jour, a détaillé Madame Ducena.

La terreur est palpable, les citoyens doivent continuer comme le 29 Mars passé à revendiquer leurs droits. Ce n’est pas une faveur, les dirigeants jouissent beaucoup de privilèges à leurs postes alors ils ont une obligation de résultat, conseille la dirigeante de l’organisation des droits de l’homme.

C.E/Image7

Suivez-nous sur : Facebook Et sur Twitter
Bouton retour en haut de la page