Dépôt d’une plainte au cabinet d’instruction contre l’actuel DG de la PNH, informe Me André Michel

Suite aux actes de violences dont des meurtres commis par des agents des forces de l’ordre à l’encontre des manifestants lors de la mobilisation du 18 novembre dernier, une plainte est déposée ce lundi 23 novembre 2020 au cabinet d’instruction contre le nouveau directeur général de la police nationale d’Haïti, Léon Charles ainsi que certains de ses pairs fait savoir l’avocat militant et responsable du secteur démocratique et populaire, Me André Michel au cours d’une intervention médiatique ce 23 novembre 2020.

« Dans la soirée du 18 novembre 2020, Léon Charles a félicité le travail des policiers qui avaient utilisé une force extrême pour disperser les manifestants au niveau de Delmas 68, martèle Me André Michel. Aux environs 2 heures 30 P.M, arrivés au champ de Mars, les policiers ont transformé l’espace en un véritable abattoir ; ils ont tué deux personnes qui participaient au mouvement, ils ont tenté de tuer un citoyen avec un véhicule, explique l’homme de loi en indiquant que c’est pour l’ensemble de ces faits qu’il a pris la décision conjointement avec d’autres avocats dont Me Caleb Jean-Baptiste et Me Marc-Antoine Maisonneuve de porter plainte pour Léon Charles et ses acolytes ».

Dépôt d'une plainte au cabinet d'instruction contre l'actuel DG de la PNH, informe Me André Michel - André Michel, Léon Charles

Les journalistes de la presse parlée, écrite, télévisée ainsi que les reporters de la presse en ligne peuvent servir de témoins, souligne le dirigeant politique, qui rapporte que des organisations de défense des droits promettent de porter ces plaintes à la connaissance des organisations internationales.

Nous demandons au Doyen de distribuer le dossier au plus vite que possible, laisse entendre Me André Michel. Seulement, j’ai dit au Doyen d’éviter de donner le dossier aux juges de l’équipe, qui supportent le parti Haïtien tèt Kale (PHTK), continue l’ancien candidat malheureux aux sénatoriales.

Le responsable de la direction politique de l’opposition démocratique espère voir un jour la réalisation du procès relatif aux accusations portées contre Léon Charles. Toutefois, l’avocat ne croit pas qu’un tel procès peut avoir lieu avec Jovenel Moïse au pouvoir.

« Volè pa konn jije volè », fustige le leader politique pour expliquer l’obstacle empêchant le procès Petrocaribe, celui relatif au massacre de Lasaline. « Avec Jovenel Moïse, il ne peut avoir justice pour Grégory Saint-Hilaire, non plus pour Monferrier Dorval, soutient-il- avec certitude ».

Plus loin, le membre du barreau de Port-au-Prince mentionne que le fait par des forces de l’ordre de tuer des citoyens dans l’exercice de leur droit politique constitue des crimes contre l’humanité, qui sont des infractions imprescriptibles. Nous n’avons pas porté plainte contre l’institution policière, mais contre Léon Charles et ses acolytes, précise-t-il.

Evens CARRIÈRE, Journaliste

Bouton retour en haut de la page