Constitution : la diaspora présente les points forts pour son intégration

Depuis la formation du Comité Consultatif Indépendant (CCI) par le président Jovenel Moïse, pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution, la diaspora haïtienne était au cœur des débats, pour son intégration dans la vie politique, économique et sociale du pays.

Hier encore (16 décembre 2020), après plusieurs rencontres avec les représentants de la diaspora, le membre du Comité Consultatif Indépendant (CCI), Emmanuel Jean Eloi, relate certains points que la diaspora veut insérer dans la nouvelle Constitution devant faciliter leur pleine intégration, la question de la double nationalité, le droit de voter, et d’occuper des postes nominatifs ou électifs.
En dépit de tout, la question sécuritaire préoccupait aussi la communauté de la diaspora haïtienne. « Pour venir investir dans le pays, il faut tout d’abord garantir la sécurité dans le pays, en plus quels seront les sanctions pour les individus qui sèment la terreur dans le pays », a-t-il dit ajoutant que la communauté diaspora espère que des sanctions soient imposées aux fauteurs de troubles dans le pays.

Selon Emmanuel Jean Eloi, les représentants de la diaspora ont aussi abordé la question des législateurs haïtiens, pour eux les parlementaires sont trop coûteux à la République et suggèrent qu’on réduise le nombre de sénateurs, un sénateur pour chaque département, proposent-ils selon ce que rapporte M. Eloi.

Wallace Elie
Communicateur Social /Journaliste.

Bouton retour en haut de la page