Cap-Haïtien : Moïse Jean-Charles troublé par la destruction de la statue de Jean Jacques Dessalines par un « fou »

Le Monument historique faisant le portrait physique du père de la nation haïtienne, Jean Jacques Dessalines, situant dans le département du Nord précisément dans la 3ème Circonscription de la commune de Milot, a été vandalisé, le jeudi 5 novembre 2020 à la mi-journée par un citoyen appelé Lucien Calixte, qui devait être un aliéné mental d’après les explications des riverains, dont un pasteur.

À propos de Lucien Calixte, celui qui a détruit le monument de l’empereur Jacques 1er.

Le prévenu explique que c’est la statue qui lui demande de l’enlever, de la mettre dans un autre endroit. Ses réponses aux questions des journalistes laissent croire qu’il devait être malade mentalement.

La suite après cette publicité

Pour le dirigeant de l’organisation « Pitit Desalin », ces actes ne sont pas l’œuvre du hasard. Comment se fait-il, qu’un individu venant d’une autre commune à savoir Saint-Raphaël puisse venir vandaliser le monument de Dessalines ? Se questionne Moïse Jean Charles.

« Ils ont envoyé le message, nous l’avons intercepté, nous l’avons compris et nous allons le retourner à eux, soutient l’ancien sénateur. Que tout le monde comprenne l’acte à sa juste signification, poursuit-il ».

Il y a 3 mois, nous avions pris la parole au pied de ce monument, se souvient l’ancien candidat malheureux à la présidence. À l’arrivée de chaque date historique, survient un incident. «Lors des 200 ans d’anniversaire du Roi Henry Christophe, l’Église catholique de Milot a été incendiée. 18 Novembre est une date symbolique, une personne prétextant être malade mentalement a profané le monument de Dessalines Martèle Moïse Jean-Charles.

De toute notre énergie, nous condamnons un tel acte. Notre combat ne va pas arrêter, tance l’opposant farouche du pouvoir en place ».

Si on veut croire les témoignages du pasteur Janvier, habitant de Milot, la vandalisation du statut de Dessalines n’est pas le premier acte commis par Lucien Calixte. «Il était enchaîné. Une fois, il était entré dans une maison, on pensait que c’était un voleur avant de l’identifier. Il est un pharmacien, mais malheureusement son mental n’est pas correcte», explique-t-il.

CL/IMAGE7

Bouton retour en haut de la page