AstraZeneca: il y a un lien entre le vaccin et les cas de thrombose, confirme l’Agence européenne des médicaments

« Il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore », a déclaré un responsable de l’EMA ce mardi à la presse italienne.
Cela ne va pas arranger le cas du vaccin AstraZeneca, déjà boudé en France. Un responsable de l’Agence européenne des Médicaments (EMA), a confirmé l’existence d’un « lien » entre le sérum du laboratoire anglo-suédois et les cas de thrombose observés après son administration, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero publiée mardi.

« Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore », affirme Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l’EMA. « Pour résumer, dans les prochaines heures nous dirons qu’il y a un lien, mais nous devons encore comprendre comment cela se produit », ajoute-t-il, alors que l’EMA doit se réunir sur le dossier du 6 au 9 avril.

« Nous cherchons à obtenir un tableau précis de ce qui se passe, à définir de manière précise ce syndrome dû au vaccin (…) Parmi les personnes vaccinées, il y a un nombre de cas de thromboses cérébrales chez les personnes jeunes supérieur à ce à quoi nous nous attendons. Cela, nous devons le dire », a-t-il encore déclaré.

Quelques heures après la publication de l’interview dans la presse italienne, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré qu’elle était toujours en train d’évaluer si le vaccin AstraZeneca est lié à la formation de rares caillots sanguins. Le comité de sécurité de l’agence basée à Amsterdam « n’a pas encore abouti à une conclusion et l’examen est actuellement en cours », a déclaré l’EMA dans un communiqué à l’AFP, ajoutant qu’une décision à ce sujet devrait être annoncée mercredi ou jeudi.

Plusieurs dizaines de cas de thrombose – dont certains, très atypiques, se sont soldés par un décès – sont apparus chez des personnes, le plus souvent des femmes de moins de 55 ans, immunisées avec le vaccin d’AstraZeneca. Mi-mars, de nombreux pays en ont donc suspendu l’administration. Jusqu’à ce que l’AEM affirme, le 18 mars, qu’ aucun lien causal avec le vaccin n’est prouvé, sans pour autant l’exclure.

Image7

Bouton retour en haut de la page