Après la désignation du président provisoire, Edmonde Supplice Beauzile annonce la prochaine étape !

Jovenel Moïse est un usurpateur de titre selon ses adversaires politiques. Pour l’opposition politique, ce lundi 8 janvier 2021, le président d’Haïti est Monsieur Joseph Mécène Jean-Louis. Le nouveau président provisoire n’a pas encore un bureau officiel mais sa sécurité est assurée, confie la dirigeante du parti politique Fusion des sociaux-démocrates, Edmonde Supplice Beauzile. Le plus grand pas est franchi, c’est la désignation du président provisoire, ajoute t-elle.

« Toutes les autorités de facto parlent pour faire rire. Elles pensaient que l’opposition était en train de plaisanter mais elles doivent savoir qu’elles ont à faire à des anciens parlementaires. Joseph Jouthe, comme la loi le permet, gère les affaires courantes en attendant la formation du gouvernement provisoire », fustige Edmonde Supplice Beauzile.

Il faut souligner que l’accord de l’opposition politique n’a pas été respecté pour la désignation du nouveau président provisoire, Me Joseph Mécène Jean-Louis car la commission nationale de transition(CNT), ayant chargée de faire le choix du président provisoire à partir d’une liste n’a pas été constituée.

Selon l’ancienne sénatrice, la désignation du président provisoire est faite à l’aide d’une liste d’une commission lors de l’accord de Mariott . Il n’était pas facile de prendre une décision commune mais nous sommes arrivés à le faire, avoue-t-elle.

À tous ceux qui qualifient d’inconstitutionnelles les démarches de l’opposition dont la désignation de Me Joseph Mécène Jean-Louis comme président provisoire, Madame Beauzile répond : « Certes, nous n’avons pas de dispositions constitutionnelles mais nous ne sommes pas aussi à l’ordre constitutionnel, c’est pourquoi nous avons signé un accord pour faire face à ce petit dictateur. Nous restons proche de la Constitution tout en Considérant les jurisprudences du pays permettant la désignation d’un juge de la Cour de Cassation ».

En réaction aux propos du ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Rockfeller Vincent qualifiant les acteurs politiques de l’opposition de voleurs, Edmonde Supplice Beauzile fustige que « Si nous sommes des voleurs, pourquoi n’a t-il pas procédé à notre arrestation ? donc il est aussi un voleur et même le premier des voleurs. La bataille poursuit, vous devez transformer les écoles en prisons car les centres carcéraux vont être insuffisants pour nous emprisonner tous ».

 « La prochaine phase de la lutte c’est chercher à déblayer le Palais national, chasser Jovenel Moïse, indique Madame Beauzile. Notre dernière rencontre est terminée à 3 heures AM et nous allons nous réunir au cours de la journée. En politique il y a des hauts et des bas, des courbes et des lignes droites. Est-ce que ça va se faire dans quelques jours, quelques semaines ou des mois ?, nous ne savons pas mais la bataille continue », déclare Edmonde Supplice Beauzile avec confiance.

C. E/Image7 

Bouton retour en haut de la page