POUR VOS PUBLICITÉS : +1 (857) 353-0417
+509 3645 - 7054
Insécurité

Affrontements entre gangs : le cas de Cité-Soleil est pire que Martissant, affirme le pasteur Jean Enock Joseph

Depuis le 5 Juin 2021, tous les Commissariats et sous-commissariats de la commune de Cité-Soleil sont occupés par des bandits. Le commissariat de Martissant est fermé. Dans ces deux zones, les gangs armés s’affrontent. Ce lundi 28 Juin 2021, au cours d’une interview, le pasteur Jean Enock Joseph soutient que la situation des habitants de Cité-Soleil est plus triste que celle de Martissant car les habitants de Cité Soleil ne peuvent même pas être déplacés comparativement aux citoyens de la Troisième circonscription qui ont trouvé des refuges.

Affrontements entre gangs : le cas de Cité-Soleil est pire que Martissant, affirme le pasteur Jean Enock Joseph - Cité soleil, Enock Joseph, Gangs, Martissant
Pasteur Jean Enock Joseph

Le pasteur indique que le boulevard des Amériques sépare les deux principales bandes armées en conflit à Cité-Soleil. En haut, on trouve les bandits de Boston dirigés par un certain Mathias, ce groupe fait partie de la fédération « G9 an fanmi e alye », ayant pour chef de file, l’ancien policier Jimmy Chérizier dit Barbecue. En bas, il y a la bande à Ti Gabriel, basée à Brooklyn, continue Monsieur Joseph.

« Ces bandits armés font la loi. Il n’y a même pas la présence d’un policier à Cité-Soleil», souligne le notable de la plus grande bidonville du pays.

Selon le chrétien, au cours de la dernière semaine du mois de juin, les hommes qui habitent à Belekou ont traversé dans d’autres zone, incendié des maisons, tué de paisibles citoyens, même un enfant de trois ans n’a pas été épargné.

« Plusieurs quartiers à Cité-Soleil sont désertés, ils sont en voie de disparition, certains sont déjà disparus tels que 2ème et 3ème Cité lumière, rapporte l’homme de Dieu».

« Personne ne peut indiquer avec exactitude le nombre de victimes des affrontements des gangs à Cité-Soleil. Très souvent, les bandits ont emporté les cadavres, les ont arrachés puis incendiés», confie le pasteur Jean Enock Joseph.

Evens CARRIÈRE, Journaliste

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page