7 février 2021 : L’opposition sollicite l’international pour contraindre Jovenel Moïse à partir.

Dans une lettre adressée au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), Antonio Guterres ce 2 janvier 2021, les membres de la Direction Politique de l’Opposition ont demandé au chef de l’ONU d’appuyer leur démarche en vue de rétablir l’ordre démocratique dans le pays.

Signée par les ex-sénateurs Edmonde Supplice Beauzile, Youri Latortue et Nenel Cassy, cette Correspondance relate le mépris de la « Communauté internationale envers le peuple haïtien » et signale les « dérives autoritaires du pouvoir de Jovenel Moïse, peu après le deuxième lundi du mois de janvier 2020 ou Haïti est sorti de la charte démocratique des États américains » ont-ils fait remarquer.

La suite après cette publicité 7 février 2021 : L'opposition sollicite l’international pour contraindre Jovenel Moïse à partir. - André Michel, Constitution, Core Group, opposition, secteur démocratique et populaire

« En ayant sciemment refusé d’organiser les élections comme l’exige la constitution de 1987 amendée, le président Jovenel Moïse se donne la latitude de diriger le pays à coup de décrets. » Ont-ils argué dans cette lettre adressée à M. Guterres.

Par ailleurs, La Direction politique de l’opposition en a profité pour reprocher la mise en place d’un conseil Électoral Provisoire unilatéralement par le président Jovenel Moïse, l’impunité des gangs armés, et les massacres perpétrés par des membres du pouvoir.

En effet, la Direction politique de l’opposition appelle le Secrétaire Général de l’ONU, à apporter sa contribution sans faille à Haïti au nom des principes démocratiques.

Rappelons très souvent l’opposition dénonce l’ingérence de la Communauté internationale dans les affaires intérieures du pays. Cette aide sollicitée n’est-elle pas une autre forme d’ingérence ?

Wallace Elie
Communicateur Social/Journaliste.

Bouton retour en haut de la page