16 décembre 1990, une date, un idéal raté

Aujourd’hui, marque exactement 30 ans depuis que le peuple haïtien a voté démocratiquement Jean Bertrand Aristide le Jeune prêtre catholique alors qu’il avait 35 ans, comme président pour mettre fin à la dictature féroce de Duvalier. Une lueur d’espoir et du progrès soufflait sur tout le pays.

Une démocratie qui va être interrompue après 7 mois avec le coup d’Etat militaire sous l’ordre du général Cedras et Michel Francois qui a évincé Aristide du pouvoir.

Des mobilisations de la jeunesse haïtiennes et de la diaspora ont poussé l’administration américaine à intervenir dans le pays militairement avec 22 000 soldats le 15 octobre 1994 pour replacer Jean Bertrand Aristide a la tête du pouvoir jusqu’à la fin de son mandat constitutionnel.

30 ans après, Haïti est dans une transition politique sans fin. La Constitution ne s’applique pas dans son intégralité, les institutions sont faibles et d’autres n’ont jamais vu le jour, les jeunes fuient le pays chaque jour pour aller chercher ailleurs une vie meilleure. Les bandits font la loi, ils tuent, enlèvent, séquestrent les gens à leurs guises quand ils veulent sans rien craindre. Les pouvoirs et institutions de l’Etat sont devenus de plus en plus corrompus. Haïti est devenu le pays le plus pauvre de l’hémisphère.

Que peut-on dire de l’idéal du 16 décembre 1990 aujourd’hui ?

Image 7

Bouton retour en haut de la page