Le secteur démocratique et populaire exhorte les structures politiques faisant partie du nouveau gouvernement à s’identifier ouvertement

Le président Jovenel Moïse avait nommé, deux jours avant son assassinat, soit le 5 juillet 2021, le Dr Ariel Henry comme nouveau titulaire de la Primature, en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale. Le 19 juillet dernier, le cabinet ministériel du nouveau PM Henry est formé et communiqué au public via le journal officiel de la République, Le Moniteur. En questionnant le caractère inclusif du nouveau gouvernement, l’un des responsables du secteur démocratique et populaire, Ricard Pierre, lors d’une conférence de presse, ce mardi 20 juillet 2021, exhorte les partis politiques représentés au sein du gouvernement à s’identifier clairement.

Pour Ricard Pierre, le gouvernement de Monsieur Henry est un gouvernement Collabo, un gouvernement international.

La suite après cette publicité Le secteur démocratique et populaire exhorte les structures politiques faisant partie du nouveau gouvernement à s'identifier ouvertement - André Michel, secteur démocratique et populaire

« Fanmi Lavalas, MTV, les militants, les structures démocratiques, la société civile, les partis politiques qui avaient signé le protocole d’entente, je vous invite à faire un front commun au côté du peuple haïtien, dans le but de former un organe de résistance contre les agressions internationales », déclare l’ancien sénateur Ricard Pierre. C’est un appel à la concertation et à la mobilisation, insiste-t-il.

Me André Michel, porte-parole du secteur démocratique et populaire, condamne pour sa part, le comportement de la communauté internationale qualifié d’après lui, d’ingérence. « Si l’internationale continue de dicter, qui doit être président de la République, qui doit être Premier ministre, la communauté internationale ne fait qu’enfoncer le pays dans une crise plus complexe, prévient l’avocat ».

Au moment où Jovenel Moïse était en train de détruire toutes les institutions, ces pays n’ont rien dit, donc ils doivent laisser les Haïtiens résoudre seule la crise, fustige l’homme de loi.

« Le secteur démocratique et populaire est en train de travailler avec les partis politiques, la société civile afin de trouver sans délai, une formule capable de résoudre la crise actuelle, informe Me André Michel ».

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page