Le gouvernement dominicain annonce de nouvelles mesures concernant des Haïtiens

Le ministre dominicain de l’Intérieur, Jesús Vásquez, a rendu publique la décision du Conseil national des migrations mercredi 3 novembre 2021. Le gouvernement dominicain limite l’accès des Haïtiens illégaux aux hôpitaux du pays.

Mercredi 3 novembre dans la soirée, le gouvernement a annoncé une série de mesures adoptées par le Conseil national des migrations, notamment la limitation de l’accès des Haïtiens illégaux à recevoir des services dans les hôpitaux, sauf en cas d’urgence, l’examen des bénéficiaires du Plan national de régulation avec la mise en place de 38 points d’enregistrement tout au long de la le pays.

Le Ministre de l’Intérieur et de la Police, Jesús Vásquez, a lu lors d’une conférence de presse un compte rendu de la réunion du Conseil au Palais National et a annoncé que l’organe restera en session permanente pour examiner la situation créée par la prévalence des bandes armées sur le territoire haïtien.

Vásquez a souligné que le Conseil a accepté de « limiter, aux seuls cas d’urgence, l’accès aux hôpitaux publics dans tout le pays aux immigrants illégaux ».

En outre, « auditer le Plan national de régularisation pour déterminer si les personnes incluses sont éligibles », pour lequel « 38 bureaux seront établis sur tout le territoire national dans le but d’identifier tous les citoyens étrangers ».

Le ministre a indiqué que des réunions seront organisées avec les secteurs productifs pour définir les procédures d’embauche de la main-d’œuvre immigrée.

Vásquez a souligné que les mesures sont adoptées dans le but de « garantir un accès digne à tous les patients dominicains qui fréquentent les centres hospitaliers », ainsi que « d’assurer le contrôle des maladies pour protéger la population contre d’éventuelles infections ».

De même, il cherche à réduire « la présence de citoyens étrangers illégaux sur notre territoire », tout en augmentant « la sécurité des citoyens en empêchant les groupes criminels d’entrer sur notre territoire ».

Abinader s’est exprimé un peu plus tôt dans la journée, le président Luis Abinader a déclaré que son gouvernement continuera à prendre toutes les mesures nécessaires pour atténuer dans le pays tous les effets que la crise sociopolitique qui touche Haïti pourrait provoquer.

Luis Abinader a déclaré que sa responsabilité en tant que président est « de protéger le peuple dominicain » et que pour cette raison ils ont augmenté le nombre de soldats patrouillant la zone frontalière pour éviter le passage de certaines des bandes paramilitaires d’Haïti.

« La frontière est sécurisée et nous allons nous assurer qu’elle le reste. Nous avons augmenté la sécurité aux frontières de plus de 3 500 hommes, nous avons tous les services de renseignement qui travaillent à cet égard et nous continuerons à prendre des mesures pour garantir la sécurité de notre frontière, de notre territoire et que le pays ne soit pas touché par l’instabilité des la République d’Haïti », a ajouté le président.

L’une des mesures prises par le pouvoir exécutif a été la suspension indéfinie du programme de visa spécial pour les étudiants haïtiens, qui selon le président, est effectué car il est nécessaire de purger toutes les personnes qui entrent sur le territoire dominicain.

« S’ils ne vérifient pas et n’ont pas de contrôle sur les leurs, nous le faisons et nous devons vérifier tous ceux qui entrent… Ce qui est dit, c’est qu’il n’y aura pas de renouvellement automatique, et que nous devons le vérifier (le président frappe à table) parce que je dois protéger ce pays, et vérifier que personne de gangs n’entre ici, qu’ils soient liés à d’autres secteurs camouflés », s’est exclamé M. Abinader qui a souligné que les étudiants qui en ont déjà bénéficié ne vont pas changer leur statut et que seul le renouvellement automatique de ces étudiants sera suspendu.

Une autre mesure a été l’annonce avec la réalisation d’un audit pour déterminer si les bénéficiaires du Plan National de Régularisation des Etrangers s’y prêtent vraiment.

Le chef de l’Etat dominicain a affirmé que les questions sur la façon de protéger la sécurité des frontières en ce qui concerne la crise socio-politique qui affecte Haïti seront toujours une priorité plus élevée que les questions impliquant le commerce entre les deux pays. « J’ai travaillé pour ouvrir des marchés (binationaux) lorsque cela était nécessaire, dans le cas du commerce de détail ; dans les autres cas, parce que chaque exportateur a le soutien limité qu’il peut avoir de nous vers notre frontière, il l’aura, mais si c’est une décision entre commerce et sécurité, la sécurité passe avant tout », a déclaré le président.

Image 7
Source : Listin Diario

Suivez-nous sur :

Facebook

Et sur

Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page