Le CDTI se trouvant à l’avenue Charles Summer, la nouvelle adresse de Médecins Sans Frontières fuyant Martissant

L’ancien local du centre de diagnostic et de traitement intégré(CDTI), qui se situe, au centre-ville, précisément à l’avenue Charles Summer, est le refuge de Médecins sans frontières(MSF), fuyant la troisième circonscription de Port-au-Prince pour s’échapper de la guerre des gangs rivaux. Le Coordonnateur du centre d’urgence de Martissant. Désiré Kimanuka, a indiqué, au cours d’une interview durant la dernière semaine du mois d’Août, que MSF devait s’installer au CDTI, le 19 Août 2021, mais ladite organisation humanitaire médicale a dû reprendre ses activités, quelques heures après le passage du séisme du 14 Août dernier.

D’après Désiré Kimanuka, du 14 au 22 Août passé, Médecins sans frontières a reçu 133 blessés du tremblement de terre, parallèlement 152 autres cas venant de Port-au-Prince.

La suite après cette publicité Le CDTI se trouvant à l'avenue Charles Summer, la nouvelle adresse de Médecins Sans Frontières fuyant Martissant - Martissant, MSF

Certes, nous sommes au CDTI, mais nous nous sentons mieux confortables à Martissant en raison du nombre de demandes et la nécessité qui est présente au sein de la population vulnérable, a confié le Coordonnateur.

Il faut souligner que l’ancien centre de diagnostic et de traitement intégré(CDTI), est couramment appelé « hôpital du Sacré-cœur ». Officiellement, MSF a repris ses services, audit local, le lundi 16 Août 2021. Prise en charge des traumatismes, des urgences médicales, gynéco-obstétricales, sont les services disponibles avec 11 lits de service : 4 lits d’observation pour adultes et 7 lits d’observation pédiatrique, a informé un communiqué.

MSF a confié qu’elle nourrit l’espoir de pouvoir un jour retourner à Martissant. Les responsables ont dit regretter de fuir Martissant en laissant une population vivant dans des conditions inhumaines, dépourvue d’eau potable et autres besoins élémentaires.

MSF exhorte aux bandits armés d’accorder le feu vert aux personnels de santé, aux patients, aux matériels et aux structures médicales. Les véhicules et ambulances doivent avoir libre passage, conseillent les dirigeants de l’organisation humanitaire médicale.

C. E/Image7

Bouton retour en haut de la page