Lancement de l’opération « barricader Bel-Air » par les habitants exigeant l’arrestation de plusieurs chefs de gangs dont Barbecue

Opération Barricader Bel-Air
Depuis quelques jours la circulation n’est pas totalement libre à Bel-Air, en raison des barricades érigées dans les rues par les citoyens en vue de rendre sécuritaire la communauté. Au cours d’une conférence de presse, ce mardi 24 novembre 2020, des citoyens de ladite localité ont fait le point à propos de la situation en indiquant qu’ils veulent tout simplement empêcher l’accès à des bandits dont ceux du G9.

Que signale une barricade ? Une barricade mentionne un danger, argue Emmanuel Dargrin, un citoyen de Bel-Air. La police est absente, elle se trouve dans l’incapacité de protéger la population, poursuit-il en déclarant que débarricader Bel-Air, c’est donner la possibilité à Jimmy Chérisier dit Barbecue de commettre des cas de kidnapping à la rue Pavé, à la rue du Peuple et autres.

« Saint-Martial, DGI, archives peuvent fonctionner du fait qu’on limite, argumente Emmanuel Dagrin. Le massacre du 4 novembre 2019 avait duré 4 heures de temps, tous les appels des autorités policières étaient sans succès, tance-t-il en poursuivant ».

Emmanuel Dagrin enchaîne en laissant entendre que le membre de la commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion, Jean Rebel Dorcénat est le chef du groupe G9. Selon M. Dagrin, le dirigeant de la CNDDR est complice des actes de criminalité de cette bande armée, qu’est .

Dans la foulée, Marc André Alexandre, un autre habitant de Bel-Air fait savoir que les riverains de la rue bonne foi sont à la merci du groupe armé « Krache dife » ayant à sa tête « Ti Sonson ». D’après lui, ces bandits veulent détruire Bel-Air pour avoir le contrôle du territoire.

Ces citoyens du Bel-Air donnent des conditions pour que les barricades soient enlevées :
« La PNH doit réunir avec eux pour coordonner l’initiative et des bandits comme Grégory, Barbecue, David policier, doivent être arrêtés ».

Evens CARRIÈRE, Journaliste

Bouton retour en haut de la page