POUR VOS PUBLICITÉS : +1 (857) 353-0417
+509 3645 - 7054
International

Conflit Ukraine-Russie : « Vladimir Poutine va entrer en guerre ce week-end ou en début de semaine prochaine », alerte Washington

« Poutine va entrer en guerre ce week-end ou en début de semaine prochaine. Il va frapper l’Ukraine, et le renseignement américain dispose clairement d’éléments en ce sens qu’ils ont communiqué à leurs alliés .» déclare le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Jake Sullivan.

Les Etats-Unis ont affirmé vendredi 11 Février 2022, que la Russie pourrait envahir l’Ukraine avant la fin des Jeux Olympiques (JO), qui se terminent le 20 Février prochain. En effet, plusieurs pays ont appelé leurs ressortissants à quitter l’Ukraine dans les 24 ou 48 heures.

« Nous continuons à voir des signes d’escalade russe, y compris l’arrivée de nouvelles forces à la frontière ukrainienne », a déclaré, Jake Sullivan, selon lui cette invasion peut « intervenir à tout moment », y compris avant la fin des JO. Il balaie ici les spéculations d’observateurs estimant que Vladimir Poutine ne se risquerait pas à irriter son allié Xi Jinping en attaquant pendant les Jeux. Non seulement Moscou a déployé de nouvelles forces, mais des images satellites semblent montrer que des hôpitaux de campagne ont été installés ces derniers jours, écrit le journal 20minutes.

Sous pression des déploiements russes Jake Sullivan a appelé les Américains se trouvant en Ukraine à quitter le pays « d’ici 24 à 48 heures », relayant l’avertissement très direct lancé la veille par Joe Biden. Jeudi, Israël, un proche allié de Washington, a évacué son personnel diplomatique et leurs familles. Le Canada, la Corée du Sud, le Japon et le Royaume-Uni ont également appelé leurs ressortissants à partir d’Ukraine au plus vite.

Parallèlement, malgré les menaces, un couloir diplomatique reste ouvert, car Vladimir Poutine va s’entretenir au téléphone avec Emmanuel Macron puis Joe Biden samedi. Mais « la diplomatie n’a permis aucune avancée, Poutine a joué la montre », tacle l’experte de la région Melinda Haring. Qui juge que l’Occident a été naïf en pensant « que la menace de sanctions » et quelques milliers de troupes seraient suffisants pour dissuader Moscou.

Wallace Elie/ Image7

Suivez-nous sur

Facebook

Bouton retour en haut de la page